Accueil L'entreprise Produits Témoignages Trouver un détaillant  Magasiner en ligne Bulletin d’information Pour nous joindre Recherche
Naka - Dans les nouvelles
 

Une polythérapie avec la CoQ10 réduit les risques de récidive du cancer
De nouvelles recherches suggèrent que les patients atteints du cancer du sein qui consomment une combinaison de suppléments Q10, riboflavine (vitamine B2) et niacine (vitamine B3) et qui suivent un traitement de chimiothérapie au tamoxifène pourraient réduire les risques de récidive du cancer.

Dans une étude effectuée en Inde, des chercheurs ont séparé aléatoirement 84 femmes atteintes du cancer du sein pour étudier les effets de ces suppléments combinés à une chimiothérapie au tamoxifène. Pendant 45 jours, un groupe a reçu une combinaison quotidienne de 100 mg de coenzyme Q10, 10 mg de riboflavine et 50 mg de niacine ainsi que 10 mg de tamoxifène deux fois par jour. Un autre groupe à consommé les mêmes produits pendant 90 jours. Dans les deux cas, les chercheurs ont observé des réductions significatives des deux substances servant à la circulation des marqueurs des tumeurs cancéreuses.

Les chercheurs ont conclu que la prise de suppléments coenzyme Q10, riboflavine et niacine combinés au tamoxifène pour les patients atteints du cancer du sein « réduit le niveau des marqueurs de tumeur dans le sérum et ainsi, diminue les risques de récidive du cancer et l’apparition de métastases. »


Source : Biol Pharm Bull. Février 2007;30(2):367-70


thingreenbar


Une diète stricte aide les patients atteints d’arthrite
Selon une nouvelle recherche menée par l’institut universitaire de médecine Karolinska en Suède, un régime alimentaire végétalien sans gluten peut améliorer la santé des patients qui sont atteints d’arthrite rhumatoïde. Ce régime a également démontré des effets bénéfiques sur plusieurs facteurs de risques de maladies cardiovasculaires.

L’arthrite rhumatoïde est associée au risque de développer l’athérosclérose (épaississement des parois artérielles) et des maladies cardiovasculaires. Les effets protecteurs ont été découverts lors d’une comparaison de résultats entre un groupe de patients qui suivaient une diète végétalienne sans gluten pendant un an et un groupe de patients témoins qui suivaient un régime alimentaire standard. Les aliments végétaliens ont un effet positif sur les symptômes de la maladie tandis que ces mêmes symptômes étaient plus prononcés chez les patients du groupe témoin. Le taux sanguin de cholestérol LDL (mauvais cholestérol), qui représente un facteur de risque pour l’athérosclérose, était également bas dans le groupe qui suivait un régime végétalien.

« Nos découvertes suggèrent un nouveau mécanisme par lequel le niveau naturel d’anticorps peut être augmenté. Elles démontrent également qu’un régime alimentaire peut avoir des effets sur le système immunitaire et sur les maladies » a déclaré le professeur Johan Frostegård qui a dirigé cette étude.


Source : Karolinska Institute, le 18 mars 2008

Haut de la page

thingreenbar


Les effets bénéfiques de l’argousier sur le foie
Les baies d’argousier (Hippophae Rhamnoides) sont bien connues pour leurs propriétés de réduction du taux de cholestérol. Des scientifiques d’Inde affirment que les feuilles de cette plante, riches en antioxydants, pourraient également empêcher des maladies hépatiques.

Lors d’essais contrôlés en laboratoire, on a donné à des rats des extraits de feuilles d’argousier avant de leur administrer un agent de dégradation du foie (tétrachlorure de carbone) tandis qu’on administrait de l’eau saline à d’autres. Les résultats de cette expérience ont démontré que les feuilles d’argousier confèrent un mécanisme de protection significatif pour le foie. Grâce aux feuilles d’argousier, les dommages au foie ont été réduits de façon significative sur les rats du groupe qui en consommaient.

Retrouvé à l’état naturel dans les régions montagneuses de la Chine et de la Russie, l’argousier est reconnu pour sa forte concentration en vitamine C et en vitamine E, en flavonoïdes et en acides gras essentiels. Les feuilles sont également utilisées pour faire du thé. L’argousier possède de fortes propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires, ce qui pourrait expliquer l’effet de protection hépatique démontré lors de cette nouvelle étude.

Bien que cette étude soit préliminaire et doive être confirmée par des recherches plus poussées, elle suggère que l’extrait de feuille d’argousier pourrait offrir une protection au niveau du foie contre une variété d’agents de dégradation tels que l’alcool, les abus du prêt-à-manger, le cadmium et autres métaux. Bien qu’elle ne soit pas encore publiée, la nouvelle étude de l’India’s Defense Institute of Physiology and Allied Sciences doit faire partie de la prochaine revue Society of Chemical Industry’s (SCI) Journal of the Science of Food and Agriculture.

Dans une autre étude menée récemment sur cette plante, des scientifiques de la Finlande ont rapporté que la consommation régulière de baies d’argousier (et non de la feuille) réduit les niveaux d’une protéine associée aux maladies cardiovasculaires, au diabète et à l’inflammation cardiaque.


Haut de la page

thingreenbar


L’acide alpha-lipoïque (AAL) pourrait réduire les maladies cardiovasculaires
Une nouvelle étude menée sur des animaux a démontré que des suppléments d’acides lipoïques peuvent empêcher la formation de lésions artérielles, réduire les triglycérides, réduire l’inflammation des vaisseaux sanguins en plus de réduire la prise de poids, qui représentent autant de facteurs de maladies cardiovasculaires.

Les chercheurs « suggèrent fortement que les suppléments d’acides-lipoïques fassent partie d’une stratégie efficace et économique… dans la réduction des facteurs de risque reconnus pour le développement de l’athérosclérose et d’autres maladies cardiovasculaires chez les humains ». La recherche a démontré que les suppléments d’acides-lipoïques réduisent respectivement de 55 % et 40 % la formation de lésions d’athérosclérose qui sont largement utilisées pour étudier les maladies cardiovasculaires. Ces suppléments ont également été associés à la réduction de près de 40 % de prise de poids et à la réduction des niveaux de triglycérides en lipoprotéines de très basse densité.

L’étude des scientifiques du Linus Pauling Institute and College of Veterinary Medicine at Oregon State University et du Department of Medicine at the University of Washington a été publiée en janvier 2008 dans la revue Circulation de l’Association américaine des maladies du cœur.

Les maladies du cœur sont la cause principale de décès au Canada. L’athérosclérose ou plus communément appelé l’épaississement des parois artérielles est maintenant considérée comme une maladie inflammatoire chronique qui résulte en un dépôt de matières grasses sur la paroi des artères. Ce processus chronique débute souvent à l’adolescence et continue de se développer tout au long de la vie. Il est relié à l’obésité, à un mauvais régime alimentaire, au manque d’exercice, au diabète, à la haute pression, aux prédispositions génétiques et autres causes. Les dépôts de gras dans les artères peuvent éventuellement mener à un accident vasculaire cérébral ou à une maladie cardiovasculaire.

Les chercheurs croient maintenant qu’un haut taux d’acide alpha-lipoïque peut particulièrement être utile dans la prévention de ce processus en freinant la formation des molécules d’adhésion dans le sang. Il peut également baisser le taux de triglycérides dans le sang, qui est un autre facteur important responsable des maladies cardiovasculaires. Les AAL peuvent aussi agir comme antioxydants et aider à régulariser la signalisation du métabolisme de l’insuline et du glucose.

L’acide alpha-lipoïque se retrouve naturellement en faible quantité dans les légumes-feuilles verts, dans les pommes de terre et dans les viandes, plus spécifiquement dans les organes tels que les rognons, le cœur et le foie. Les chercheurs ajoutent que les quantités utilisées aux fins de cette recherche ne peuvent pas être atteintes avec un régime alimentaire normal et que la consommation de ce produit devrait être d’au moins 2000 mg par jour.


Haut de la page

thingreenbar


L’arrêt du traitement hormonal de substitution (THS) réduit les risques de cancer du sein
De nouvelles données du gouvernement américain apporteraient de solides éléments de preuve que l’hormonothérapie substitutive (THS) augmente les risques de cancer du sein. Le taux de diagnostic de la maladie s’est stabilisé en 2004 après avoir chuté en 2003, l’année après que des millions de femmes eurent arrêté l’hormonothérapie substitutive en raison d’une importante étude qui concluait à de grands risques de maladies cardiovasculaires, d’accidents vasculaires cérébraux et de cancers du sein. Par pure coïncidence, une étude publiée le 18 avril 2007 par la revue The Lancet concluait que la THS augmentait les risques de cancer de l’utérus et du cancer du sein. Le taux de diagnostic est revenu à la normale après que les traitements furent arrêtés.

Haut de la page

thingreenbar


Le resvératrol produit des effets notables sur la longévité
De grandes quantités d’extrait de résidus de vin rouge, le resvératrol, semblerait avoir produit des effets très notables sur les souris obèses qui suivent un régime alimentaire riche en gras et qui mènent une vie active et en santé pendant longtemps. Les experts ont donné le nom de « Landmark Research » à la nouvelle étude menée par la Harvard Medical School et le U.S. National Institutes of Aging.

L’étude est si prometteuse que l’institut sur l’étude du vieillissement considère sérieusement répéter la même expérience avec des singes rhésus, qui est le mammifère le plus similaire aux humains, après avoir obtenue des résultats couronnés de succès sur les levures, les vers, les mouches à fruits et les souris. Les souris ont reçu l’équivalent d’une tarte au chocolat à la crème pour chaque repas et n’ont développé que peu de maladies et la plupart des jeunes souris sont restées en vie longtemps, alors qu’elles auraient dû mourir bien avant.

Le resvératrol agit dans la mitochondrie des cellules et produit un processus de régénération. Si les tests démontraient les mêmes résultats chez l’humain, il serait plutôt difficile d’obtenir la dose visée par la consommation de vin car il faudrait en boire 100 bouteilles par jour pour obtenir la même quantité qui était administrée aux souris. Des suppléments de resvératrol à forte dose seront requis pour bénéficier du bon dosage.


Cette étude a été publiée en novembre 2006 dans le journal Nature.

Haut de la page

thingreenbar


Les vitamines B sont la clé chez les personnes âgées
Deux études récentes ont souligné l’importance d’un taux adéquat de vitamines B chez les personnes âgées pour avoir une bonne santé au niveau du cerveau et des os.
Dans la première étude, des chercheurs de l’université d’Oxford ont découvert que la vitamine B12 pourrait protéger de la perte du volume du cerveau chez les personnes âgées, et ainsi réduire les risques de développer une démence. « On croit que plusieurs facteurs qui affectent la santé du cerveau sont hors de notre contrôle, mais cette étude suggère que seul le fait d’ajuster notre régime alimentaire pour consommer plus de vitamine B12 [pourrait] prévenir le rétrécissement du cerveau et protéger notre mémoire », soutien la responsable de l’étude, Anna Vogiatzoglou.

Pendant les cinq années qu’a duré cette étude, les chercheurs ont noté une grande perte de volume du cerveau chez les gens qui consommaient peu de vitamine B12. L’étude comportait 107 volontaires d’une résidence de personnes âgées entre 61 et 87 ans. Il est important de noter qu’aucun des volontaires n’avait de déficience au niveau de la vitamine B12. Dans une deuxième étude, les chercheurs ont découvert qu’un faible taux de vitamines B6 et B12 et qu’un haut taux d’homocystéine étaient associés à une augmentation du risque de fracture de la hanche. Dans cette étude, 714 hommes et femmes âgés se sont pliés à des tests au début et à la fin de l’étude afin de conna”tre la densité des os et les taux d’homocystéine, de vitamine B, d’acide folique et de vitamines B6 et B12 dans le sang.

Les données ont démontré que les gens qui avaient un faible taux de vitamine B6 connaissaient une plus grande perte de masse osseuse que ceux qui avaient un taux normal de vitamine B6. Ceux qui éprouvaient une déficience au niveau de la vitamine B6 perdaient le plus de masse osseuse. Un faible taux ou une déficience au niveau des vitamines B6 et B12 ainsi qu’un haut taux d’homocystéine ont tous été associés à une augmentation des fractures de la hanche.


Source s: Neurology 2008, Volume 71, Pages 826-832; J Clin Endocrinol Metab 2008;93:2206–12

Haut de la page

thingreenbar



Le resvératrol aide à combattre l’Alzheimer
Selon deux études indépendantes récemment publiées, le resvératrol, un polyphénol retrouvé principalement dans les raisins, le jus de raisins, le vin rouge et dans les suppléments de resvératrol, pourrait aider à prévenir l’activation plaquettaire associée à la maladie d’Alzheimer et à réduire les risques de cancer de la moelle osseuse.

La première étude, publiée dans la revue C le 1er novembre 2005, a conclu que la réduction de myélomes au niveau de la moelle osseuse était plus importante avec de grandes doses de resvératrol.

La deuxième étude, publiée dans le Journal of Biological Chemistry le 11 novembre 2005, se concentrait sur les mécanismes épidémiologiques du vin rouge et leur incidence sur la diminution des cas d’Alzheimer. La conclusion de l’étude permet de croire que le resvératrol a un potentiel thérapeutique sur cette maladie.


Haut de la page

thingreenbar


L’artichaut fait baisser le taux de cholestérol
Des chercheurs de l’université Reading ont observé que l’extrait de feuilles d’artichaut peut faire diminuer le taux de cholestérol chez des personnes en santé dont le niveau de cholestérol était modérément élevé. Dès que le taux de cholestérol sanguin atteint un certain niveau, des médicaments tels que les satines sont souvent recommandés pour faire baisser le taux de cholestérol.

Une intervention rapide avant que le taux de cholestérol ne dépasse un certain niveau peut aider à réduire le risque de développer une maladie cardiovasculaire sans médicament. Pour l’étude, 75 volontaires ont reçu quotidiennement 1280 mg (4 capsules) d’extrait d’artichaut ou d’un placébo pendant 12 semaines, ce qui s’est traduit par une diminution significative du taux de cholestérol sanguin.


Source : Medical News Today, le 3 juillet 2008